Le clan Clamerage n'est plus, le clan Ragesang est né de ses cendres ! Rendez-vous sur leur forum : http://ragesang.empireogame.com



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Witcher. Ou la Saga du Sorceleur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krigash Pierre-Ardente
Haut-chaman
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 08/03/2015

MessageSujet: The Witcher. Ou la Saga du Sorceleur.   Ven 22 Mai - 10:56




La saga du sorceleur! une saga épique digne de game of thrones de part sa profondeur!

Le personnage principal de la saga est Geralt de Riv. Un sorceleur.

Les sorceleurs sont une caste de guerrier, créée au moment de l'installation des humains sur ce continent afin de lutter contre les monstres et vermines qui pullulent partout. Ils se devaient de protéger les humains contre le mal incarné par celles-ci. Afin de pallier à leurs faiblesses physiques, les sorceleurs (humains) subissent toute une série de mutation afin de les rendre plus fort, plus rapide. Cependant le destin est a double tranchant, ces mutations rendent les sorceleurs stériles.

Dans ce monde, on retrouve des nains et des elfes comme minorité ethnique et un bestiaire de créatures impressionnant. Certains diront : "bof, un truc avec des nains et des elfes, déjà vu 1000 fois" et bien non. Hobbes disait : "l'homme est un loup pour l'homme" or dans cet univers la phrase devrait être "l'homme est un loup pour l'homme, et un ogre pour les non-humains". Ainsi les non-humains subissent le racisme de la race dominante (les humains) et sont généralement parqués dans des guettos. On sort donc du schéma classique elfe/salade et nain/mine et l'on retrouve des thèmes comme la cruauté de l'homme, le racisme et l'intolérance.

Geralt évolue donc dans un univers moral ambigu, où l'on se demande si le mal est la créature maléfique dehors ou si le mal n'est pas parti prenant de l'homme.
Par ailleurs sa mutation l'a rendu cynique et lui fait porter un regard désabusé sur le monde qui l'entoure. En effet, les humains le perçoivent comme un monstre, un assassin payé pour sa besogne mais méprisé, et les non-humains comme un D'hoine (une saleté d'humain pour être poli). Son code moral sera, d'ailleurs mis à rude épreuve au cours de ses péripéties.

Bref un univers médiéval fantastique riche, complexe, emprunt de moralité.



Concernant les romans, Je vous déconseille la VO sauf si vous lisez couramment le polonais  
Une trilogie de jeux video, très bien également, est sorti. L'intrigue se déroule après le tome 5 la dame du lac :

The witcher


The witcher 2 : assassin's kings



The Witcher III: Wild Hunt



Game of thrones et the Witcher : deux grands univers sombres à apprécier sans modération!


Dernière édition par Krigash Pierre-Ardente le Ven 22 Mai - 15:28, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Krigash Pierre-Ardente
Haut-chaman
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 08/03/2015

MessageSujet: Re: The Witcher. Ou la Saga du Sorceleur.   Ven 22 Mai - 14:55

Introduction


L'univers du sorceleur est un monde sombre et réaliste, semblable a Game Of Throne mais agrémenté d'un folklore de fantasy bien plus varié. Ce monde à de vagues ressemblances avec le nôtre, mais dans ce monde l'humanité ne semble pas détenir la seule suprématie du globe. Dans la plupart de ces royaumes, vivent des créatures fantastiques et horribles, depuis les antiques races des elfes et des nains jusqu'aux vampires, trolls et autres démons. On y trouve toute sorte de conflits politiques et armés, souvent causés par l'avidité des hommes pour le pouvoir et la domination. Bien qu'ils ne représentent pas la seule race vivante sur terre, ces derniers cherchent à exterminer celles qui peuvent leur nuire. Dans cet univers règnent donc le racisme, le sadisme et l'égoïsme. La vie y est courte et brutale. Outre les affrontement qui opposent les « êtres intelligents » comme les paysans aux créatures  monstrueuses comme les trolls et autres goules, les nations royales et les organisations se haïssent et s’entre-tuent mutuellement, faisant un bon nombre de victimes innocentes à chacune de leurs guerres.



Les principales races:


Les Humains:



Bien qu’ils n’en soient pas les premiers habitants, les humains exercent aujourd'hui leur domination sur le monde. La civilisation humaine s’est imposée dans tous les Royaumes du nord, provoquant la disparition de cultures millénaires. Selon le folklore elfique, les humains firent leur apparition, il y a 1 500 ans, lors d'un cataclysme qui engendra également l’apparition de monstres jusque là inconnus. Les humains sont moins vigoureux que les nains, ne jouissent pas de la vivacité d’esprit des hobbits, et ne possèdent pas l'affinité naturelle des elfes avec la magie. Cependant leur habileté dans le maniement des armes leur a permis de dominer les représentants des autres races, qu'ils considèrent comme des êtres inférieurs et pour qui ils nourrissent un racisme viscéral. Le terme de « non-humain » est généralement employé pour définir les elfes, nains, gnomes, dryades, gobelins, races inférieures, inintéressantes, voire nuisibles et dangereuses. Tout est prétexte à l'organisation d'actions punitives ou d'éradications et, dans de nombreuses villes, les nonhumains sont parqués comme des bêtes dans un quartier isolé.


Les elfes:



Les elfes font partie, comme les gnomes et les nains, des Anciennes Races. Les « Aen Seidhe » comme ils se nomment eux même, possèdent un visage aux traits harmonieux, caractérisé par des oreilles pointues, et sont en général d’une beauté fascinante, mais aussi légèrement arrogants. Possédant une affinité particulière avec la magie, les elfes ont une longue vie, mais ils perdent la faculté de procréer alors qu’ils sont encore jeunes, et se reproduisent très lentement. De nos jours, les elfes ne possèdent plus que de rare enclaves plus ou moins protégés par Nilfgaard, l'empire du sud. Leur culture raffinée et sophistiquée dont ils sont si fiers est en voie de disparition. Souvent persécutés par les Nordiques, beaucoup d'elfes sont membres de la Scoia'tael, alliée de Nilfgaard pendant les guerres contre les Royaumes du nord. En retour, l'empereur Emhyr var Emreis donna aux elfes l'un des territoires conquis.



Les nains:



Fort semblable à ceux de Tolkien, les nains sont une race humanoïde qui fait partie, avec les gnomes et les elfes, des Anciennes Races. Les nains sont plus petits que les humains, mais plus robustes et plus musclés. Les mâles portent généralement de longues barbes. Ils sont le plus souvent enthousiastes et joviaux, mais aussi grossiers et très têtus. La patrie des nains se trouve dans les montagnes de Mahakam mais, considérés comme d’excellents artisans et de farouches guerriers, ils ont su trouver leur place dans la société humaine. De nombreux nains réussissent à faire des affaires et certains sont même riches, mais ils doivent se heurter au mépris et au dégoût de la race dominante: les humains. C’est pourquoi certains jeunes nains ont rejoint les rebelles de la Scoia’tael et se battent pour un élargissement des droits des non-humains et la fin des persécutions.



Les organisations:


Les Sorceleurs



Les Sorceleurs sont des humains mutants aux capacités surnaturelles, des orphelins ou des enfants abandonnés qui subissent trois mortelles épreuves en vue de devenir des tueurs de monstres professionnels. Les survivants de ces épreuves connaissent  la croissante musculaire, l’ingestion de nombreux élixirs qui affûtent les réflexes, la mutation de l’œil, dans le but d’acquérir une vision nocturne, une guérison accélérée, une résistance aux poisons, mais qui entraîne également la stérilité. A la suite de ces épreuves, les Sorceleurs qui ont survécus reçoivent un médaillon en forme de Loup, symbole de leur Confrérie. Le peuple a besoin des Sorceleurs, mais la plupart des habitants des Royaumes du nord les méprisent ou bien les craignent. Leur organisme altéré, leurs étranges capacités et leurs pouvoirs magiques en font des parias qui sont traités comme tels. Le refuge des Sorceleur, La forteresse de Kaer Morhen, fut la victime de la haine à leur encontre. Au cours de cette funeste attaque, la Confrérie du Loup s’est éteinte, à l’image de la Confrérie du Chat ou du Griffon. Désormais, les Sorceleurs survivants sont promis à l’extinction, car ils n’entraînent plus de successeurs, alors même que depuis la fin de la guerre, les monstres pullulent à nouveau.



La chasse sauvage



Fable pour les un, dure réalité pour les autres. La Chasse Sauvage est un cortège, ou plutôt une cavalcade de cavaliers squelettes. Ceux-ci parcourent le ciel sur leurs destriers fantômes. Vêtus de lambeaux d'armures rouillées, ils portent des épées émoussées dans leurs fourreaux. Tout comme les comètes, la Chasse Sauvage est un présage de guerre qui ne souffre aucun doute. Régulièrement, le cortège de spectres se met en chasse de victimes, mais jamais sa moisson ne fut aussi abondante que lors de la dernière guerre contre Nilfgaard où, rien qu'en Novigrad, plus de vingt âmes furent portées disparues après son passage. Qu'est la Chasse Sauvage en réalité ? Un cortèges de cavaliers venus d'un monde dominé par les elfes. Des cavaliers capables de voyager entre les différentes dimensions. Ceux qu'ont appelle les spectres ne sont que des émanations spirituelles de ces elfes guerriers. Il servent une race puissante et des individus encore plus puissants dont la connaissances en magie dépassent de loin celles des magiciens humains. L'histoire de Geralt de Riv, de son amante  Yennefer de Vengerberg et surtout de leur fille adoptive Cirilla sont très liés a la chasse sauvage.


Les Magiciens



Les Magiciens sont des personnes compétentes et éduquées dans l'art d'utiliser la magie. Les femmes magiciennes sont souvent appelées sorcières, tandis que les hommes sont nommés sorciers. Seuls de rares personnes ont le potentiel de devenir des mages et beaucoup de ceux qui l'ont sont tombés dans la folie. Des écoles de sorcellerie furent créées, où les talentueux enfants étudient pendant des années, acquérant connaissance et maitrise des sorts magiques. En raison de leur pouvoirs, les mages vieillissent bien plus lentement que les personnes ordinaires, et un mage de 100 ans est considéré comme "jeune" parmis eux. Ils peuvent extraire de l'énergie magique des forces élémentaires, se téléporter sur de grandes distances et soigner, aussi bien que tuer, en un clin d'oeil. Ils ont des connaissances étendues dans les domaines scientifiques et politiques. D'un certain point de vue, bien des mages sont les égaux des dirigeants et plus d'un roi a son propre mage-conseiller.



L'ordre de la Rose-Ardente



L' Ordre de la Rose-Ardente est un ordre chevaleresque dont la mission est de protéger l'un des royaumes humains, et de lutter contre la Scoia'tael. Ils demandent aucune rémunération pour leurs services, ce qui soulève la question de savoir où vient leur financement. Ils ont à charge de promouvoir activement le culte du feu éternel. Très inspirés des templiers à l'époque des croisades, ils sont racistes à l'extrême et n'acceptent que des humains dans leur rangs. L'ordre de la Rose-Ardente fut fondé après la guerre contre Nilfgaard par un chef charismatique,  Son but était de protéger le peuple des monstres et des brigands, tout en répandant la croyance du Feu Eternel. Cette stratégie a rencontré un succès certain, et de plus en plus de jeunes gens veulent faire partie de l’Ordre. De nombreuses commanderies sont disséminées partout dans les Royaumes du nord, assurant au peuple une relative protection.


La Scoia'tael



La Scoia'tael est un groupe d'elfes, de nains et de hobbits rebelles qui luttent contre la discrimination envers les non-humains. Ils sont organisés en commandos coordonnés ou en groupes indépendants. Leur révolte contre le racisme est rapidement devenue très radicale. Les Scoia'taels agressent les voyageurs isolés, détroussent les caravanes des marchands et investissent les villages pour piller, tuer et incendier. Au lieu de chercher une solution pacifique, les humains envoient la troupe pour les combattre. Scoia'tael veut dire « écureuil » en langue elfique. Ce nom vient probablement de l'habitude des rebelles d'accrocher des queues d’écureuil sur leurs vêtements, mais d'autres théories suggèrent que cela vient du fait qu'ils vivent dans les forêts et subsistent en fonction de leurs besoins. Les Scoia'tael sont divisés en commandos comprenant plusieurs douzaines de combattants. Le regroupement de nombreux commandos est rare et se forme seulement durant les batailles des corps expéditionnaires spéciaux. Les Scoia'tael sont alliés avec Nilfgaard et aident l'empereur Emhyr var Emreis pour les attaques de diversion, ceci apportant un appui important pour l'armée Nilfgaardienne. En échange de leur aide, l'empereur à offert aux elfes un état indépendant mais néanmoins fragile, Dol Blathanna.


Les Druides



Les druides sont des humains pratiquant du culte de la Nature. Ils ont fondé un Ordre de "prêtres" et ne vénérent pas un Dieu précis. Les druides ont pour rôle d'encadrer les adeptes de ce culte, mais surtout d'étudier pour découvrir les secrets de la Nature et être ainsi capables de la protéger. Les druides n'ont pas d'uniforme, ils peuvent porter n'importe quel vêtement. Le symbole de la fonction druidique est une chevalière gravée d'un chêne. Les druides sont pacifiques. Ils reconnaissent que tous les êtres vivants, y compris les autres espèces, sont des enfants de la nature, et qu'il est donc normal que celle-ci les nourrissent. En revanche ils ne tolèrent pas les tueries d'animaux pour le plaisir, ni les dégradations abusives, et sont prêt a défendre de leur vie leur principes.

Au milieu de la race humain certains, dégoûtés par ces luttes au nom des Dieux, se détournent de ces derniers, et cherchèrent à mener une vie simple, proche de la nature. D'autres Humains tentèrent de les ramener à adorer les Dieux, par la force si nécessaire. Les "sans-Dieux" comme étaient nommés les druides, furent donc contraints à l'exil, et se réfugient dans des terres proches des territoires Elfes. Les Elfes accueillent avec plaisir ces Humains, qui ne parlent pas sans cesse de leurs Dieux, et respectent la Nature. Les "sans-Dieux" vécurent en paix de nombreux lustres, apprenant beaucoup des Elfes. Par dessus tout, ils purent développer leurs connaissances et leur maîtrise de la magie liée à la Nature, et ces pouvoirs compensèrent à leurs yeux les pouvoirs divins qu'ils ne pouvaient avoir en pratiquant le culte de la Nature.




Les principaux personnages:

Geralt de Riv


Geralt de Riv, également connu sous le nom de Gwynbleidd (nom en langage elfique signifiant "Loup blanc" qui lui fut donné par les Dryades), est un sorceleur et le personnage principal de La Saga du sorceleur.

Peu de temps après sa naissance, Geralt fut amené par sa mère chez les sorceleurs de l'école du Loup à la place forte de Kaer Morhen. Geralt a étonnamment bien survécu à l’épreuve des herbes, grâce auxquelles il acquit des capacités physiques et mentales presque surhumaines : augmentation des réflexes, de la vitesse, de la force et de l’audition. Après avoir achevé l’entraînement de sorceleur, il chevaucha de par le monde sur son destrier Ablette (il donna ce nom à tous ses chevaux) pour devenir un tueur à gages de monstres. Malgré son nom, Geralt ne vient pas de Riv, mais les jeunes sorceleurs sont encouragés à se choisir un nom de famille afin de paraître plus dignes de confiance.

Idéaliste vers ses débuts, cherchant à défendre la veuve et l'orphelin des monstres qui peuplaient le monde, il ne tarda pas à appréhender la vraie nature de la réalité : guerres incessantes, complots, pillages, manipulations, quêtes de pouvoir et autres atrocités; bref, la politique. Cela amena d'ailleurs le sorceleur à appliquer l'une des règles de son code de sorceleur dont on n'a jamais su si elle était réelle ou s'il l'avait en partie inventée pour se sortir de certaines situations embarrassantes, trouver une parade aux questions trop insistantes et justifier sa neutralité de sorceleur. En effet, peu importe la cause, aussi noble soit-elle, Geralt mettait un point d'honneur à rester neutre, à ne pas choisir un parti plutôt qu'un autre. Il existe des exceptions à cette règle comme la fois où, pour sauver la population de Blaviken de tueurs expérimentés, il dut choisir le moindre mal et tuer des bandits ainsi que leur chef. Cela lui valu, malgré son acte héroïque, d'être banni de la ville et de se voir affublé du surnom de "Le boucher de Blaviken".

Pour avoir conjuré une malédiction et avoir rendu une union possible avec la princesse Pavetta de Cintra et son amant, Geralt réclama en récompense de ses services l’enfant à naître de la princesse suivant le Droit de surprise des sorceleurs. Lorsque le moment fut venu, six ans plus tard, de réclamer l'enfant surprise, se rendit à Cintra car entre temps les parents de l'enfant étaient décédés. La providence à laquelle Geralt ne croyait pas fit que Geralt et Ciri virent leur destin liés pour le meilleur et pour le pire. C'est depuis qu'il ne cessa de protéger et l’aima comme sa propre fille jusqu'à la fin de ses jours.

Son meilleur ami est Jaskier le barde, qu'il rencontra en le sauvant d'un tavernier rancunier après que Jaskier ait couché avec sa fille. Geralt et Jaskier passeront ensemble beaucoup de temps sur les routes, bien que par intermittence.

L’amour de sa vie est la magicienne Yennefer de Vengerberg. Bien que fortement amoureux l'un de l'autre, Yennefer et Geralt eurent une vie commune très chaotique, faite de ruptures prolongées et de retrouvailles passionnées. A la demande de Geralt, Yennefer prendra le rôle de professeur de magie de Ciri et finira par considérer Ciri comme la fille qu'elle ne pourra jamais avoir du fait de sa stérilité (comme toutes les magiciennes).

Après avoir retrouvé Ciri, Geralt l'emmena à Kaer Morhen où elle reçut l'entrainement physique et au combat des jeunes sorceleurs (mais pas l'épreuve des herbes). Les étranges pouvoirs de Ciri l'obligèrent à faire venir Triss Merigold à Kaer Morhen puis à amener Ciri à Yennefer pour qu'elle recoive une initiation à la magie. Cette dernière, après une année d'apprentissage, décida de l'emmener à l'école de magiciennes d'Aretuza. Malheureusement, à peine arrivés, les deux femmes et Geralt furent pris dans la tourmente du soulèvement de Thanedd qui les sépara tous les trois. Geralt et Yennefer, chacun de leur côté, essayèrent de la retrouver et de l'arracher à toutes les factions intéressées par les pouvoirs particuliers de la jeune fille. Ils ne se retrouvèrent que sept mois plus tard dans la cachette de Vilgefortz, le magicien renégat. Cette longue histoire commune de Geralt, Yennefer et Ciri forme le cœur de la saga du sorceleur en cinq tomes.

Leur réunification ne dura pas longtemps. En effet trois mois plus tard, le 7 juin 1268, Geralt de Riv est mort en juin 1268 d’un coup de fourche pour avoir voulu, une fois de trop, aider des non-humains victimes d’un pogrom à Rivie. Yennefer de Vengerberg tombe d'épuisement à côté de lui en essayant de le ramener à la vie à l'aide de ses pouvoirs magiques. Mais sont-ils vraiment morts ? Certains racontent avoir vu une jeune fille aux cheveux cendrés emmener leur corps en barque sur le lac bordant Rivie. Nul ne les a jamais revus…

Ainsi commence l'histoire de The Witcher 1er du nom.




Yennefer de Vengerberg




Yennefer de Vengerberg était le plus jeune membre du Conseil des Magiciens avant que la Loge des Magiciennes ne tente de la recruter. Elle est amoureuse du sorceleur Geralt de Riv et la mère adoptive de Ciri. La dame de Vengerberg est connue pour sa beauté, même si durant les événements de La Tour de l'Hirondelle, elle avait 94 ans. Elle est toujours habillée de vêtements noirs et blancs et utilise des parfums de lilas et de groseille à maquereau. Elle a de remarquables yeux violet et les cheveux noir-corbeau. Comme la plupart des magiciennes, elle est stérile. Elle a cherché secrètement et vainement un moyen pour restaurer sa fertilité et a fini par donner son amour maternel à Ciri, l'enfant de la destinée de Geralt par le droit de surprise. Elle a enseigné par ailleurs la magie à Ciri. Elle est l'une des conseillères du roi Demavend d'Aedirn et l'amie de Triss Merigold, la plus jeune membre de la loge des magiciennes. Cela dit, leur amitié a peu à peu cédé la place à un sentiment de rivalité, dû au fait que Triss a eu une relation avec Geralt durant les quelques années qui les ont vu être séparés l'un de l'autre. Comme il est implicitement suggéré dans la nouvelle "le dernier vœu", son apparence attrayante est un produit de la magie et a été acquise au cours de sa formation, comme pour la plupart des autres magiciennes. Geralt note combien ses épaules sont légèrement asymétriques et, à la fin de l'histoire, comprend que Yennefer était à l'origine une bossue. Il décida d'enfouir cette révélation au plus profond de lui et de l'oublier afin que Yennefer ne sache jamais qu'il l'avait devinée. L'histoire de Yennefer est intimement liée a celles de Geralt et de Ciri.

La fin de la saga du sorceleur se finit ainsi, alors que Yennefer, Cirilla et Triss Merigold vont à la rencontre de Geralt:

"En arrivant, les magiciennes découvrent une ville en flammes, en proie à un pogrom visant les non-humains de Rivie. Ciri se précipite en avant et laisse ses consœurs à l'arrière. Yennefer brûle vifs des paysans leur barrant la route mais cela s'avère insuffisant. les deux femmes sont projetées à bas de leur monture et acculées par les paysans. C'est alors que Triss utilise un sort déclenchant une pluie de grêles extrêmement puissante. Cela permet aux deux femmes de rejoindre Ciri. Elles la découvrent en pleurs, avec Jaskier, Zoltan et Yarpen qui fixent tristement leur ami Geralt qui se vide de son sang sur le sol suite à un coup de fourche à trois dents venant d'un malheureux paysan. Yennefer se précipite et met en oeuvre toute son énergie magique pour le soigner, sans résultat. Elle l'utilise jusqu'à épuisement et s'effondre aux côtés de Geralt, morte. Ciri pendant un long moment transfère de l'énergie sur Geralt. Ensuite elle demande à ses amis de déposer les corps des amoureux dans la barque, monte dedans et disparait dans le brouillard. Yennefer et Geralt se réveillent tout les deux, guéris, sur une île paradisiaque, l'île aux Pommes, offerte par Ciri, avant qu'elle ne quitte ce plan de réalité, pour qu'ils vivent heureux à jamais."



Cirilla (ou Ciri)



Cirilla Fiona Elen Riannon (connu sous le surnom de Ciri ou le Lionceau de Cintra) est la princesse de Cintra, la fille adoptive de Geralt de Riv et Yennefer de Vengerberg, et la fille biologique de l'empereur de Nilfgaard Emhyr var Emreis. Elle porte en elle le "Sang ancien" un antique pouvoir magique fort convoité.

Après que le sorceleur Geralt ai levé la malédiction jetée sur le père de Ciri, dont l'identité était alors inconnu, Geralt réclama le Droit de surprise. Alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, les parents de Ciri disparurent dans une tempête en mer et furent présumés morts. Elle vécu sa jeunesse à Cintra confiée aux soins de sa grand-mère. Elle rencontra Geralt pour la première fois quand elle se perdit dans la forêt de Brokilone. Elle était presque attrapée par les Dryades qui voulaient en faire l'une d'elles, mais la reine des Dryades laissa de façon innatendue la fille choisir son propre avenir. Ciri choisit Geralt et essaya de rester avec lui, mais le sorceleur ne souhaitait pas la garder avec lui. Puis vint le massacre de Cintra sa terre natale

Durant l'Invasion de Cintra, par Nilfgaard, Ciri fut kidnappée par un chevalier Nilfgaardien. Elle réussit à s'échapper et erra sans but pendant un certain temps avant d'être recueillie par une famille de marchands. Coïncidence, Geralt fut aidé par les mêmes marchands et transporté dans leur maison. Une fois de plus Ciri et Geralt étaient réunis. Cette fois, le sorceleur décida de s'occuper d'elle comme la fille qu'il n'avait jamais eu. Il l'emmena avec lui pour Kaer Morhen, où, sous la supervision de Triss Merigold, elle subi un entraînement partiel comme sorceleur (mais sans les mutations). C'est seulement là qu'il fut confirmé qu'elle était une source, une très puissante magicienne aux pouvoirs imprévisible et donc dangereux. Geralt et Triss l'emmenèrent plus tard suivre les enseignements de Yennefer.

Cependant les choses ne se déroulèrent pas comme prévu. Plusieurs individus essayèrent de capturer Ciri, souhaitant récupérer son potentiel magique ainsi que l'hérédité royale de Cintra. Ils échouèrent quand la fille s'échappa par un portail magique instable. Elle fut ainsi livrée a elle même, entrant a peine dans l'adolescence et séparée de tout les être qui lui étaient cher. Ignorant où elle était et sans recours évident elle fut traquée par des assassins et autres chasseurs de prime ignorant tout de son identité.. Ciri portait désormais une grande récompense a celui parviendrait a l'amener à l'empereur de Nilfgaard, secrètement son père. Mais elle était également pourchassée par la "Chasse sauvage" qui souhaitait récupérer le Sang Ancien pour son propre compte. De nombreux périples s'ensuivirent, et la jeune fille s'endurcit considérablement, prenant plaisir a tuer.  Elle retrouva finalement Geralt et Yennefer quelques années plus tard, qu'elle sauva de la mort en échange de tout ses pouvoirs. Finalement, dégoutée par la cruauté des hommes, elle quitta ce monde pour une destination inconnu.



Triss Merigold



Triss Merigold de Maribor est une une magicienne amie de Yennefer et du sorceleur Geralt, malheureusement amoureuse de ce dernier. A la demande des sorceleurs, elle prit soin de Ciri pendant un moment à Kaer Morhen et est comme une grande soeur pour elle. Elle est membre de la Confrérie des Mages, témoignant de ses capacités, ainsi que du conseil royal du roi Foltest. Triss est connue pour ses magnifiques cheveux auburn. Elle est une guérisseuse compétente et transporte avec elle de nombreuses potions magiques, mais elle ne les utilise jamais pour elle car elle est allergique aux décoctions d'origine magique. Comme toutes les magiciennes, elle est particulièrement ambitieuse, ayant gout pour le pouvoir et les attentions. Elle fut souvent au coeur des machinations politiques des Rois et des Magiciens par le passé, qui lui valurent bien des ennuis. Sa loyauté envers Geralt ou ses semblables magiciens est changeante, car elle ne peux faire taire ses sentiments a l'égard du Sorceleur.


Jaskier


Le poète Jaskier a bien connu Geralt avant que celui-ci ne soit laissé pour mort et ne perde la mémoire, il se dit être son meilleur ami, à juste titre. Il connaît bien Triss Merigold, tout comme Zoltan Chivay. Jasquier est un homme jeune, qui dégage beaucoup de charme, un bavard intarissable, un blagueur et un paresseux. C’est aussi un coureur de jupons invétéré qui a le chic pour s’attirer toutes sortes d’ennuis. Il est tout autant attiré par un bon concours de boisson qu'une partie de poker. Toutefois, c’est un artiste de talent, même s’il traîne sur les routes et gagne sa vie en faisait quelques représentations pendant lesquelles il improvise ou chante ses ballades en s’accompagnant d’un luth. Jasquier tire partie de toutes les situations pour philosopher, il s'interroge sans cesse sur l'influence du destin sur la vie humaine. De plus, sa curiosité naturelle et sa capacité d’écoute font de lui une source d’informations de premier plan.

On lui connaît un recueil « Ballades » dont certaines chansons font les louanges des aventures de Geralt, le rendant célêbre de part le monde, au grand désarrois de ce dernier. On ne lui connaît pas d’adresse précise, toujours à battre la campagne, mais il apparaît comme par enchantement, aux moments opportuns, comme s’il disposait d’un sixième sens en la matière. C’est une personne de confiance sur qui l’on peut compter, même dans des situations périlleuses, tant qu’il n’a pas, lui-même, à participer au combat. Il ne sait en effet guère combattre, et préfère se sortir de situation périlleuse en usant de sa verve légendaire et de négociations souvent fructueuses.



Zoltan Chivay


Zoltan Chivay est un non-humain de la race des nains. Originaire de Mahakam que son caractère d'aventurier individualiste à vite éloigné de son foyer, Zoltan Chivay gagne sa vie en acceptant des missions de toutes sortes, du simple transport de colis, à l'escorte de personnes. Pour autant, il n'est pas mercenaire. Bien qu'étant très imprégné de ses origines naines, Zoltan Chivay n'a pas rejoint les rangs de la Scoia'tael, même s'il partage certaines de leur idées. D'un naturel enjoué, avec un grand sens de l'humour, Zoltan Chivay n' est pas pour autant dénué de bon sens et de pragmatisme, son franc parlé, quelques fois très imagé dénote chez lui une grande sociabilité et une heureuse joie de vivre. Ce petit bonhomme musclé et rondouillard a plus d'un tour dans son sac et est capable de se faufiler pour franchir les barrages les plus hermétiques. Comme tous les non-humains, Zoltan Chivay est lui aussi dépité de l'atmosphère raciste qui règne dans les royaumes du Nord et dont sont victimes ses congénères et amis. Zoltan Chivay connait le sorceleur Géralt depuis fort longtemps. C'est l'un de ses grands ami avec le poêteJaskier.


Emhyr var Emreis



Emhyr var Emreis, Deithwen Addan yn Carn aep Morvudd (en Langage ancien - La flamme blanche qui danse sur le cadavre de ses ennemis), est l'actuel Empereur de Nilfgaard. Son passé mystérieux est la clé des secrets de la Saga du Sorceleur. On le reconnait comme un homme ambitieux, autoritaire et machiavélique.

Encore jeune, son père fit face à un coup d'état qui lui coutâ le trône et qui fit mettre sa famille aux chaines. A l'âge de ses treize ans, l'usurpateur fit torturer son père. Comme ce dernier ne semblait pas vouloir céder aux supplices qu'on lui appliquait, un mage lança une malédiction au jeune Emhyr, le transformant en monstre. Il fut ensuite abandonné dans la forêt sous sa nouvelle apparence. Bien assez tôt, Emhyr découvrit que son ancien tortionnaire avait bâclé son travail car, la nuit, il pouvait récupérer son apparence humaine. C'est ainsi qu'il parvint à survivre et à rentrer en contact avec des hommes qui lui étaient fidèles. Il rencontra alors l'astrologue Xarthisius qui prophétisa son destin. Suivant les conseils du vieil homme, il fit route vers le nord, vers les terres de Cintra. Quelques années plus tard, il se présenta au banquet de la reine Calanthe de Cintra sous le nom de Duny, Prétextant avoir jadis sauvé le roi Roegner d'Ebbing, il réclama la main de la princesse Pavetta. Geralt de Riv, présent à ce moment, s'interposa en faveur de Duny. Son intervention pesa lourd dans la discussion et la reine Calanthe fut contrainte de donner son consentement à l'union de sa fille à Duny, le libérant ainsi de sa malédiction. Lui étant redevable, Emhyr promit à Geralt de lui offrir tout ce qu'il lui demandera. Le sorceleur invoqua alors le droit de surprise, se liant ainsi au destin de sa futur fille, Cirilla Fiona Elen Riannon.

Selon l'ancienne prophétie elfique qui lui servait de ligne de conduite, il devait rentrer chez lui avec sa fille. Malheureusement, cela lui était tout simplement impossible à cause de la méfiance de sa belle-mère. Il trouva donc une solution : faire croire à la disparition de Duny, sa femme et sa fille dans un accident maritime. Mais l'accident scénarisé ne se passa pas comme prévu : Pavetta mourut et Ciri - qui devait se trouver à bord du bateau - resta à Cintra. Par miracle, Emhyr fut le seul survivant au véritable accident. Plus tard, Il rentra à Nilfgaard pour rejoindre ses partisans qui organisaient une rébellion pour reprendre le pouvoir sur l'empire. Après avoir récupéré son titre légitime d'empereur de Nilfgaard, il chercha un moyen de récupérer Cirilla. N'ayant d'autre choix et devant l'insistance de Vilgefortz, il déclara la guerre au royaume de Cintra. La victoire fut rapide, mais les plans d'Emhyr s'effondrèrent quand il apprit que sa fille avait disparu, la pensant morte.

Bien que la première guerre du nord ai été un échec pour l'empire, l'Empereur n'a pas abandonné ses espoirs de conquêtes et commence à préparer son armée dans l'espoir d'une nouvelle guerre. Emhyr joue un coup de maître en convainquant la Scoia'tael de se battre pour l'empire et en ralliant à ses côtés divers magiciens nordiques, dont notamment Francesca Findabair. Pour cette dernière, il crée Dol Blathanna ou "le Pays des Elfes libres" dont elle deviendra la reine.

Bien des années plus tard, et après de nombreuses épreuves, Cirilla, Geralt et Yennefer sont enfin réunis. Emhyr demande alors un entretien privé avec le sorceleur. Geralt accepte en montrant un grand mépris pour l'empereur qu'il nomme "Duny" à la première occasion. Démasqué, Emhyr félicite le sorceleur qui semble être le premier à avoir découvert sa double identité. Une longue discussion s'installe entre l'empereur et le sorceleur durant laquelle Emhyr dévoile une partie de son mystérieux passé et de ses futurs plans. Il remercie d'ailleurs Geralt d'avoir protégé sa fille mais exige de la récupérer pour en faire sa femme et ainsi accomplir l'ancienne prophétie. Malheureusement, le sorceleur se montre têtu. Il quitte Geralt et Yennefer et demande à ses hommes d'emmener Ciri. Ne pouvant se retenir, la jeune fille commence à pleurer, sachant pertinemment qu'elle ne reverrait jamais le sorceleur et la sorcière. C'est face aux larmes de sa fille qu'Emhyr ordonne à ses hommes de la relâcher. Il s’avance pour l'enlacer et lache quelques mots à son oreille : "Le destin est une chose vraiment étrange. Au revoir, ma fille". Puis, il part avec ses hommes, laissant Geralt, Yennefer et Ciri à leur sort. Pour récupérer légitimement le royaume de Cintra, il épouse le sosie de sa fille en faisant croire au monde entier qu'il s'agit de la véritable Cirilla de Cintra.


Le Roi Foltest



Foltest – Roi de la Témérie, souverain de la Pontar et de Mahakam ainsi que seigneur protecteur de Brugge et Sodden, est le Roi humain le plus connu de la saga et le plus représentatif. Il est très présent durant les 2 premiers opus de la saga du Sorceleur, et finit par s'enticher de Geralt de Riv, qu'il tient en haute estime, et qui lui sauvera la vie à plusieurs reprises.

Foltest n'est pas marié. De nombreuses rumeurs circulent à propos de la situation sentimentale du roi, depuis qu'il a été établi à un âge très précoce, par sa relation scandaleuse avec sa propre soeur, que ses goûts étaient inhabituels. Après son accession au trône, il voulut vraiment épouser sa soeur et en faire sa reine. Cela offensa mortellement le roi de Rédanie, Vizimir car il avait été prévu par le passé que Foltest épouse sa soeur. Sa soeur mourut cependant et le mariage ne se réalisa jamais, mais l'affaire fut un vrai scandale qui ne se dissipa pas parce que l'union avait engendré un enfant, une fille. Un enfant maudit qui décéda peu après sa naissance, ou semblait l'être, avant de revenir en tant que strige, un monstre mangeur d'homme. La malédiction de la fille fut finalement levée par Geralt qui acquis une grande renommée a travers les royaumes du Nord.

Le Conseil Royal du roi comprend plusieurs magiciennes, dont Triss Merigold. Foltest et d'autres souverains humains joignirent leurs forces pour combattre Nilfgaard, durant de nombreuses années mais l'empereur Emhyr var Emreis était également préparé à les combattre et contra leurs pièges coup sur coup, laissant l'issue de la guerre dans une impasse mutuelle. Finalement, après la fin de la guerre, il fut l'un des négociateurs du traité de paix.


Cultes et religions

La religion de Melitele



Parmi les nombreuses religions des Nordiques, la plus répandue est celle de Melitele, une déesse qui peut prendre trois formes : celle d’une fillette, d’une femme ou d’une vieillarde. Melitele est la déesse mère qui prend soin de ses enfants, la « Grande Matrice », symbole du cycle de la vie. Les femmes lui adressent leurs prières, mais les hommes peuvent bien entendu faire de même. Le plus grand temple de Melitele se trouve à Ellander, où ses prêtresses prêchent avant tout l’amour et la paix. A travers les royaumes, les Inquisitrices de Melitele, des femmes aux puissants dons de guérisseuses, viennent en aide aux malades et aux blessés.


La religion du Feu Éternel



Depuis quelques années, la religion deMelitele est concurrencée par celle du Feu Eternel, qui a vu le jour à Novigrad. Les disciples du Feu Eternel croient en la Flamme Eternelle, symbole de survie et de chemin à suivre dans les ténèbres. Pour eux, elle est un présage de progrès et de jours meilleurs à venir. Les prêtres du Feu Eternel admonestent leurs fidèles dans des temples au sein desquels une flamme brûle en permanence. Ils se caractérisent par leur fanatisme et leur dévotion absolue à leur culte. Les adeptes se montrent hostiles envers tout ce qui est différent d’eux, notamment les non-humains. L’Ordre de la Rose-Ardente constitue la branche militaire de cette religion en plein essor.


Le culte de la Nature



Les Druides, protecteur de la faune et de la flore, sont tournés vers le culte de la Nature et ont renié les divinités. Longtemps alliés des elfes, les porteurs du symbole du chêne se sont peu à peu imprégnés des secrets de la terre et sont devenus presque immortels. Réfugiés dans les forêts au sein de cercles comme celui de Caed Dhu à Angren, ceux qui sont désormais considérés comme des « non-humains » s’efforcent de protéger l’environnement contre les méfaits de la civilisation.


Coram Agh Ter



Coram Agh Ter, l’Araignée à tête de lion, est une divinité cruelle qui demande des sacrifices de sang à ses adorateurs. Ces derniers pensent que la grande tisseuse guide le destin des hommes à travers une gigantesque toile, où chaque fil brisé signifie la mort d’un homme qui sera dévoré par Coram Agh Ter. Associé à la mort et à la souffrance, le culte de l’Araignée à tête de lion est interdit et rares sont les lieux où ses fidèles peuvent proclamer ouvertement leur foi. De nombreux royaumes luttent pour faire disparaître cette croyance et bien souvent, ses fidèles sont jugés comme des meurtriers.



Contes et légendes

Le droit de surprise

Il s'agit du serment que peut exiger celui qui sauve la vie d'un de ses semblables dans une situation en apparence désespérée, lorsque la personne redevable déclare à deux reprises vouloir exaucer le vœu de son protecteur ; « tu me donneras la chose que tu ne t'attendais pas à trouver chez toi. » Dans de rares cas, le prix à payer est alors un enfant, appelé « enfant du destin », qui se trouve alors définitivement lié à l'individu à qui il est promis. Bien souvent, ce dernier attend plusieurs années avant de venir exiger son dû. L'accord de l'enfant atteste de l'existence du « droit de surprise ». Une légende des sorceleurs prétend qu’un « enfant du destin » n’aurait pas besoin de passer les trois épreuves des sorceleurs, et c’est pourquoi ces derniers usent régulièrement du « droit de surprise ». La princesse Cirilla de Cintra, « le Lionceau de Cintra », a ainsi constitué le droit de surprise du Sorceleur Geralt de Riv


La prophétie d'Ithlinne

Ithlinne Aegli aep Aevenien était une célèbre magicienne elfe, connue pour ses divinations ses prophéties. Elle fut ainsi l’annonciatrice des guerres contre Nilfgaard, ou des épidémies de 1268, 1272 et 1294. Sa plus célèbre prophétie est « Aen Ithlinnespeath », la prophétie d’Ithlinne, qui signifierait la fin du monde :

« En vérité, je vous le dis, voici venir l’ère de l’épée et de la hache, l’ère de la terrible tourmente. Voici venir le Temps du Froid blanc et de la Lumière blanche, le Temps de la Folie et du Mépris, Tedd Deireádh, le Temps de la Fin. Le monde disparaîtra sous la glace et renaîtra avec le nouveau soleil. Il renaîtra par le Sang ancien, Hen Ichaer, la graine semée. La graine qui ne germera point, mais fera jaillir la flamme. Ess’tuath esse ! Cela se passera ainsi ! Scrutez les signes ! Quels seront-ils ? Je m’en vais vous le dire… Tout d’abord, la terre sera noyée dans le sang Aen Seidhe, le sang des elfes… »


Le don de Lara

Lara Dorren aep Shiadhal était une sorcière elfe qui s’éprit de Cregennan de Lod, un magicien humain. Mais leur union controversée leur valu l’animosité de eur deux races, au point que Cregennan fut assassiné. Lara Dorren fut alors jugée coupable de sorcellerie par la reine de Rédanie et, enceinte, elle dut s’enfuir au milieu de l’hiver. Finalement, elle mit sa fille au monde sur le sol gelé d'une colline, et elle réchauffa la petite Riannon de ses dernières forces. L’enfant fut ensuite adopté par la reine de Redania. Les elfes prétendent que, malgré la tempête de neige de cette nuit d’accouchement, le printemps inonda la colline et des feiannewedd fleurirent. Aujourd’hui encore, ces fleurs ne pousseraient guère que sur la colline où Lara Dorren aep Shiadhal est morte. Les descendants de Lara possèderaient tous Hen Ichaer, le Sang ancien, et disposeraient ainsi d’une grande affinité avec la magie.




La saga du Sorceleur se situe dans les Royaumes humains du nord, bordé au sud par le puissant empire de Nilfgaard, surpassant en superficie et puissance la totalité des Royaumes du nord. Les frontières de couleurs représentent les Royaumes humains, le vaste territoire grisé représantant l'empire de Nilfgaard.



Les grandes nations:


Cintra



Cintra est un royaume à la renommée presque légendaire qui fût lui aussi victime de l'ambition de nombreux monarques, aussi bien du nord que du sud. Sa dernière grande souveraine fut la reine Calanthe qui, pour garder le trône après le décès de son mari, dut apprendre à manier aussi bien l'épée que la plume. La reine eu bien des soucis avec sa descendance : sa fille, Pavetta, épousa un monstre, qui se révéla être un jeune noble sous le joug d'une malédiction. La malchance s'acharna sur les amoureux, car une fois le mauvais sort brisé, ils périrent en mer lors d'un naufrage. L'empire de Nilfgaard envahit Cintra en 1262, ce qui provoqua les événements de la première guerre. La lourde cavalerie du royaume fut écrasée lors de la bataille de Marnadal. Sans réelle résistance, Nilfgaard marcha sur la cité et n'eut même pas besoin d'y poser le siège. Les impériaux transformèrent la capitale en charnier, la tapissant du sang des innocents. La reine Calanthe préféra se jeta du haut des murailles de son château plutôt que d'être capturée par l'ennemi. Ces sinistres événements ont suscité une vive émotions dans toutes les terres du nord. On s'en rappelle comme étant « le massacre de Cintra ». Durant l'entre-deux-guerres Cintra devint une province de Nilfgaard avec un gouverneur nommé par l'Empereur à sa tête. Cintra fût ensuite « libérée » pour redevenir officiellement indépendante à la fin de la deuxième guerre mais elle retomba aussitôt sous le joug nilfgaardien du fait du mariage d'Emhyr var Emreis avec Cirilla Fiona Elen Riannon, fille de Pavetta et petite-fille de la lionne Calanthe.


La Témérie



Les Témériens constituent un peuple vigoureux, courageux, et diablement obstiné. Sous le règne avisé du roi Foltest, ce puissant royaume, dont la capitale est Wyzima, a joué un rôle central dans la défense des Royaumes du nord contre l'empire Nilfgaardien. Le fleuve Pontar délimite sa frontière nord avec le royaume de Redania. Son emblème est représenté par des fleurs de lys blanches sur un fond noir. A l'est et au sud, une autre frontière naturelle se dresse : la chaîne des montagnes de Makaham.

« J'emmerde les lois ; je les changerais s'il le faut ! »
Le Roi Foltest

A cause des courants de haine contre les non-humains qui circulent dans tous les royaumes du nord, c'est en Témérie que la plupart de ces derniers ont tendance à se réunir. Bien que le royaume affiche officiellement sa suzeraineté sur bien des territoires à l'intérieur de ses frontières, beaucoup sont en réalité indépendants il est à noter que les habitants sont en général pieux. Le plus grand temple de Melitele se situe dans le duché d'Ellander, dans la ville éponyme. Il n'est donc pas rare de croiser des pèlerins sur les chemins en route vers ce prestigieux lieu de culte. Ces terres, dont l'autorité est toujours sujette à caution sont propices à la naissance du crime, que ce soit parfois les pogroms menés par les villageois ou des hordes de bandits qui sillonnent les routes. L'Ordre de la Rose Ardente, un ordre de chevaliers créé récemment à Wyzima, s'est donné pour but protéger les innocents en chassant les sorcières et en traquant les non-humains. Cet ordre a établi de nombreuses commanderies en Témérie et ses fidèles s'accroissent chaque jour. Il est à noter que le peuple a une bonne vision envers ces hommes en armures qui nettoient les routes.

La Témérie a également été le théâtre d’événements sanglants. La bataille de Brenna - où la coalition des royaumes du Nord triompha des troupes de l'empereur de Nilfgaard - se déroula sur ses terres. Néanmoins, la diversité des terres et des peuples de Témérie l'a toujours aidé sur le plan stratégique ; l'envahisseur mal préparé ne savait jamais à quoi il pouvait être confronté en traversant ce pays. Avouons aussi que les nains de Mahakam, satisfaits de la paix que leur laisse en général le roi Foltest, n'hésitent pas à s'arranger avec lui pour lui fournir de l'équipement si un ennemi aux propos moins tolérants menace la Témérie.


L'empire de Nilfgaard

L'empire de Nilfgaard est la nation la plus grande, la plus puissante et sûrement la plus redoutée. Situé au sud du fleuve Iaruga, les larges terres de l'empire rivalisent en taille et en diversité avec la totalité des royaumes nordiques. Il est devenu tristement célèbre ces dix dernières années en livrant deux guerres contre les royaumes du Nord. La première lui autorisa le contrôle de Cintra, la seconde lui permit de donner Dol Blathanna aux elfes qui s'étaient battus pour lui. Aujourd'hui, l'empire a retiré ses troupes, mais il ne perd pas de vue les terres du nord. Maintenant que Nilfgaard détient une tête de pont juste au sud du Iaruga, il fera tout pour mettre un pied de l'autre côté de ce fleuve, et le placement d'un gouverneur à Verden en serait justement l'occasion rêvée. Toutefois, la signature du traité de paix avec les royaumes du Nord semble pour le moment être respecté par son empereur, Emhyr var Emreis.

Les nilfgaardiens sont belliqueux et rusés, mais malgré leurs velléités expansionnistes, ils ont su prouver plus d'une fois qu'ils ont un vrai sens de l'honneur. Ils sont, contrairement aux rumeurs que colportent les contes populaires, généralement calmes, courtois, et ils ont plus tendance à réfléchir avant d'agir. Le titre de « nilfgaardien », que l'on entend les nordiques proférer à tort et à travers n'est cependant pas décerné à tous les habitants de l'empire. Il est réservé seulement à ceux qui habitent les rives de l'Alba, le fleuve traversant la capitale. Une grande quantité de sang elfique coule dans les veines de ce peuple, et la langue nilfgaardienne est justement un dialecte de la langue ancienne, parfaitement compréhensible par les nations avoisinantes. L'empire est très décrié à travers le monde car il pratique ouvertement l'esclavage, institution qui lui rapporte énormément. Il n'hésite toutefois pas à rétorquer que les esclaves sont souvent bien mieux traités que les serfs, et que la différence n'existe que par le nom. Dans la pratique, il semble parfois difficile de leur donner tort. Les nilfgaardiens semblent vouer un certain culte pour le soleil, le symbole de leur empire. On le retrouve régulièrement cousu sur leurs habits noirs, dessiné sur leur casque à plumes, ou imagé à travers leurs expressions, diverses et variées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Witcher. Ou la Saga du Sorceleur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Comics] VF des BD Bionicle : la saga des Bohrok N°7, 8 et 9
» [Comics] Journey's end partie 2 : La fin de la saga Mata Nui
» La Saga Mass Effect
» Quelle est la meilleure saga ?
» la saga des Valkyrie profile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: (HRP) Face à l'écran :: Bavardage-
Sauter vers: